Le monde de l’immobilier, bien au dela de la seule résidence principale

Le secteur de l’immobilier dans le monde dépasse largement le cadre du seul logement des particuliers et représente pour certains pays un véritable moteur économique pouvant influencer la croissance de plusieurs points. L’immobilier concerne ainsi l’ensemble des logements d’habitations mais aussi les biens immobiliers à destination des entreprises. L’immobilier de bureaux est relativement déconnecté du monde des particuliers et des sociétés se sont même spécialisées dans la gestion foncière de parcs de bureaux. Son évolution dépend clairement de la croissance des entreprises. Une entreprise en perte de vitesse aura davantage tendance à limiter ses locations, et à céder ses biens immobiliers. Autrefois délaissé le marché des parkings est devenu un secteur recherché. Des frais limités, une rentabilité jugée élevée, et les places de parkings deviennent désormais un placement intéressant.

Comme l’immobilier de résidences principales n’est pas le seul et unique pan du secteur immobilier, les particuliers ne sont pas les seules à détenir des actifs immobiliers. Ainsi les entreprises classiques détiennent des sièges sociaux, des usines, des bureaux... ces actifs peuvent représenter pour certaines entreprises l’essentiel de leur patrimoine. Ainsi dans la sidérurgie, les hauts fourneaux sont considérés comme des immobilisations, au même titre qu’un siège social. Mais il existe aussi des entreprises dont la seule fonction est de gérer des biens immobiliers. La structure en société pour la gestion d’actifs immobiliers est préférable pour optimiser ses recettes. Ainsi elle est ouverte tout aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Il n’est ainsi pas rare que des membres d’une même famille crée une SCI ou Société Civile Immobilière afin de gérer un patrimoine commun

La crise des subprimes a montré l’impact d’une crise immobilière aux Etats-Unis sur le reste de la planète. Ainsi, l’impossibilité pour les emprunteurs de rembourser leur crédit immobilier et la titrisation de ces créances, s’est traduite par une contagion de la crise à l’ensemble des économies dans le monde. Il en est de même pour l’Espagne dont une grande part de la croissance des années 90-2000 était basée sur la construction immobilière. Mais aujourd’hui, le nombre de logements vacants se chiffre en centaines de milliers. Le parc est tel qu’il faudra plusieurs années avant d’écouler les stocks.

La connaissance du marché de l’immobilier ne se limite ainsi pas à la seule façon d’établir une quittance de loyer, ou encore de connaitre les droits du locataire. L’immobilier est l’un des moteurs de la croissance économique. Non délocalisable pour les nouvelles constructions, il est un puissant effet de levier pour les gouvernants afin de doper la croissance.

Commencez la visite